« S’il vous plaît … dessine-moi une montagne ! »

Bien au-delà d’un simple mouton que le Petit Prince voulait qu’on lui dessine, Antoine de Saint-Exupéry écrivait en avril 1943 : « On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Lorsque je doute, et les étoiles savent à quel point c’est régulier, j’essaye d’écouter mon cœur en espérant qu’il me dicte l’essentiel.
C’est en l’écoutant que j’en arrive là aujourd’hui, chargé d’espoir, d’amour et de paix. De naïveté aussi, peut être. Mais qu’importe ?

A partir du 21 mai, je tenterai de gravir le plus de sommets possible dans le massif des Écrins. En les enchaînant, et surtout en les partageant. C’est le plus difficile, en fait… Car même si je ne suis encore jamais monté au sommet du Grand Pic de la Meije, ni même au sommet du Dôme de Neige des Écrins, croyez-moi, ce n’est pas ce qui me donnera le plus de fil à retordre. C’est bel et bien de jongler avec les conditions météorologiques et surtout de partager ces ascensions avec le maximum de belles personnes, en symbole de solidarité et d’humanité.
Le défi est de taille.

Mes stagiaires, au Grand Parcours Alpinisme de la Bérarde, apprennent les rudiments de l’alpinisme rocheux
(c) Thibault Cattelain
Du Pic Nord des Cavales à droite au Grand Pic de la Meije, au fond à gauche. Vue depuis le refuge du Châtelleret.
(c) Estelle Vincent

De plus en plus de belles personnalités du monde de la montagne – toutes disciplines confondues – se mobilisent pour se joindre à moi sur un sommet. Je souhaite également que les ami(e)s montagnardes et montagnards motivé(e)s par cet esprit solidaire puissent réserver leur temps et se joindre à l’aventure. Ces deux raisons me poussent aujourd’hui à donner des grandes lignes à un programme prévisionnel d’ascension … Mais comme on l’a déjà dit à de nombreuses reprises sur le site, il est quasiment impossible d’établir dès maintenant un programme fixe d’ascension.
Imaginez, on dit qu’on enchaîne le Râteau de la Meije, le Grand Pic et le Pic Gaspard entre le 21 et le 24 mai. J’ai deux ami(e)s qui se positionnent et décident de se joindre à moi pour cette étape – relativement symbolique, dit au passage. Le drapeau est prêt, plié dans le fond du sac. Quelques jours avant, toutes les météos annoncent un épisode dépressif rendant aléatoire le créneau, et manque de bol l’une des deux amies a contracté il y a plusieurs semaines un début de syndrome de l’essuie-glace qui ne semble pas passer… Bref, vous aurez compris, je me fais planter par les deux ami(e)s et je n’ai pas de binômes B, C, ni même Z. C’est peu dire, la face Nord est austère, il fait beau dans les Calanques.
Conclusion de l’histoire, le Grand Pic de la Meije étant peut-être un des seuls sommets des Écrins que je ne m’aventurerais pas à gravir en solitaire, les plans changent à la dernière minute, et je pars pour un enchaînement solitaire de sommets moins techniques, en reportant la traversée emblématique à plus tard.
Et ce, même si le rendez-vous du 24 mai avec le binôme suivant est prévu de l’autre côté du Pic Gaspard. Je me débrouillerai pour y être quand même.

Ne vous fiez donc pas à l’estimation qui va suivre pour organiser les vacances de vos rêves dans les Écrins.

J’ai décidé de ranger les sommets de plus de 3000m du massif par blocs, avec pour critère d’affiliation le refuge ou la vallée qui permettent d’y accéder le plus facilement.
Et bien évidemment, la liste qui va suivre n’est absolument pas exhaustive. Des sommets de plus de 3000m, dans les Écrins, il y en a vraiment un sacret paquet, j’en découvre encore jour après jour.
Le bon côté des choses ? Il en restera largement assez pour une deuxième édition, l’année prochaine, en faveur d’une cause mondiale moins médiatique que la guerre en Ukraine, et pourtant tout aussi dramatique…

Depuis le refuge des Ecrins ou le refuge du Glacier Blanc …

  • La Barre des Écrins
  • Le Dôme de Neige des Écrins
  • Roche Faurio
  • La Pointe des Cinéastes
  • Les Agneaux

Depuis le refuge du Pelvoux ou le refuge des Bans …

  • Le Pelvoux
  • Les Ailefroides
  • Le Pic Sans Nom
  • Le Pic du Coup de Sabre
  • La pointe du Sélé
  • La Pointe des Boeufs Rouges
  • Les Bans
  • Le Pic de Bonvoisin

En traversée ou non. Refuge de la Selle, refuge du Promontoire, refuge de l’Aigle …

  • Pic de la Grave
  • Râteau de la Meije
  • Grand Pic de la Meije
  • Pic du Pavé
  • Pic Gaspard

Depuis le refuge du Soreiller ou la vallée du Vénéon …

  • L’Aiguille Dibona
  • La Tête du Rouget
  • L’Aiguille du Plat de la Selle

Depuis le refuge du Châtelleret …

  • Pic Nord des Cavales
  • Tête de la Gandolière
  • Tête Nord du Replat

Depuis Adèle planchard …

  • La Grande Ruine
  • La Roche Méane

Depuis la vallée du Vénéon (?) …

  • La Cime de l’Encoula
  • la Grande Aiguille de la Bérarde
  • La Cime du Clôt Chatel
  • la Pointe du Vallon des Etages
  • La Tête de l’Etret
  • la Tête de Lauranoure
  • La Roche de la Muzelle
  • La Pointe Swan
  • Le Rochail
  • Le Pic du Clapier du Peyron

Depuis le refuge de la Lavey …

  • la Tête des Fétoules
  • l’Aiguille des Arias

Depuis le Refuge de Font Turbat ou le refuge des Souffles …

  • Pic des Souffles
  • Pic Turbat
  • Olan

Depuis Temple-Ecrins …

  • la Fifre
  • Le Pic Coolidge

Depuis le Pigeonnier …

  • Les Rouies
  • Le Sirac
  • Le Pic des Says

J’en cite donc 46.
Et je vous assure, mes chances d’enchaîner ces 46 sommets en 1 mois, en les partageant au maximum, sont déjà suffisamment faibles pour qu’on ne soit pas obligé de mentionner les autres.

Dans tout ça, il y a de tout en terme d’itinéraires. La plupart des voies normales sont accessibles à tout le monde, avec un bon niveau sportif et bien accompagné. Et si on veut complexifier l’entreprise, il est aisé d’emprunter des itinéraires de montée plus ardus et plus techniques.
Redescente en parapente, ou en kayak selon l’état des glaciers. Tout les coups sont permis.

Très schématiquement, j’imagine un ordre comme celui-ci :
Du 21 mai au 31 mai : les sommets du côté Vénéon (refuge de la Lavey, refuge du Soreiller, refuge du Châtelleret, refuge de Temple-Ecrins, …)
– Du 1er juin au 5 juin : les sommets du côté Valgaudemar (refuge de Font Turbat, refuge de l’Olan, refuge des Souffles, refuge du Pigeonnier, …)
– Du 6 juin au 20 juin : les sommets du côté Vallouise/Pelvoux (refuge du Glacier Blanc, refuge des Ecrins, refuge du Pelvoux, refuge du Sélé, refuge des Bans, …)

Vous me direz, à juste titre : où est-ce qu’on cale la traversée Râteau-Meije-Gaspard, dans tout ça ?
On verra, vous aviez qu’à pas choper le syndrome de l’essuie-glace !


En attendant de dessiner ensemble des montagnes, vous pouvez cliquer sur ce lien et participer pour soutenir l’Ukraine, à votre niveau… Au passage, vous prouvez que vous ne faites pas que consommer la montagne au quotidien, mais qu’elle est pour vous le symbole de quelque chose de beau et de fort.
D’humanité et de solidarité.

Portrait de Thibault – (c) Clément Belleudy

Crédits photos (sur la liste des sommets) : Thibault Cattelain, Estelle Carlier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *