Les Sommets

On vous parle des sommets de plus de 3000 mètres d’altitude du massif des Écrins. Il y en a beaucoup.
Pour donner une base de réflexion on peut les réfléchir par « blocs » et/ou « vallées », mais la réalité c’est que le planning d’ascensions est absolument imprévisible, car il sera fortement soumis aux contraintes météorologiques et humaines (disponibilités des binômes de cordées, qui permettront des sommets plus techniques – tandis que les sommets faciles pourront être fait en solitaire).

Une semaine avant le top-départ, on pourra proposer un cheminement pour le début de l’enchainement, mais Il sera forcément modifié et adapté en live, sur le terrain, au fur et à mesure du temps. Avec toujours l’objectif d’en faire le plus possible en les enchainant.
Si on veut donner un point de départ, comme ça, au pif, on pourrait commencer par le Grand Pic de la Meije, non ?

Le retour en vallée certains soirs, pour repartir le lendemain en direction d’un sommet plus approprié au contexte météo et au contexte de cordée est bien sur totalement autorisé. Il sera donc assez facile pour les futurs binômes de Thibault de le retrouver à un moment donné du projet pour partager un sommet/une ascension avec lui.

Vous pourrez suivre en live grâce aux réseaux sociaux Facebook et Instagram l’évolution du programme et l’avancée du projet.

source : wikipédia

Certains sommets s’enchainent naturellement, si la météo est avec nous : Roche Faurio, le Dôme et la Barre des Écrins ; le Râteau de la Meije, le Grand Pic de la Meije et le pic Gaspard ; etc…

Une grande quantité de sommets se font depuis la vallée du Vénéon, entre Saint Christophe en Oisans et la Bérarde, plusieurs même à la journée, ou sur deux jours.

Quelques uns se font depuis la Grave ou la vallée de Serre Chevalier : pic de la Grave, le Pavé, les Agneaux, …

Les sommets restants se font depuis le côté Haute-Alpes des Écrins (Vallouise, …), et quelques uns depuis le Valgaudemar (la Chapelle-en-Valgaudemar)